• Katell Magazine

Billie Turner : Bijoux à la bougie


Billie Turner imagine des bijoux à partir de bouteilles en plastique. Une nouvelle façon de créer pour la créatrice de bijoux dinanaise, tout en apportant sa contribution au recyclage

des déchets.


Elle a un sourire aussi lumineux que toutes les couleurs de la boutique de perles de ses parents dans laquelle elle m'accueille. « Toutes ces couleurs, ça brille, ça remonte le moral !». Un lieu source d'inspiration pour cette anglaise trentenaire diplômée en psychologie, art et Français. L'idée de fabriquer des bijoux avec des matières recyclées naît discutant avec Anne de la boutique D'Eco-logique. « Je suis comme tout le monde, si je peux recycler, je le fais. A titre personnel je redonne vie à d'anciens meubles. J'aime leur donner des couleurs, mettre du papier peint à l'intérieur des tiroirs... Pour les bijoux, Anne m'a donné quelques idées et j'ai eu celle des bouteilles ». Billie découpe les bouteilles en veillant à optimiser le matériau et éviter le gaspillage. Pour les thermoformer, elle va observer son voisin verrier. Un mois pour maîtriser le process et inventer des outils. « J'ai testé plusieurs sources de chaleur pour façonner le plastique. Il y a eu beaucoup d'essais ratés ! Finalement je les façonne avec une bougie». La technique maîtrisée, elle a dessiné les modèles, calculé le tomber de chaque boucle d'oreille. « Il y a une douzaine de modèles de boucles d'oreilles, des colliers. Les bracelets ne sont pas encore au point ! Deux modèles ont un style floral : le coquelicot et un inspiré du fushia. Pour le reste, ce sont des compositions contemporaines, j'aime bien que ce soit léger». Immergée dans un bain créatif familial, ses parents sont diplômés d'art, la jeune femme trouve l'inspiration autour d'elle. « Le but premier est de recycler puis de pouvoir partager ce savoir avec les gens et qu'à leur tour ils créent ».


s’affranchir des modes. Billie a quitté l'Angleterre il y a cinq ans. « La ville où j'avais ma boutique venait de connaître de grosses inondations, il y avait deux mètres de terre dans la ville. Il allait falloir du temps pour que tout revienne à la normale. Mon bail commercial arrivait à sa fin, je me suis demandée ce que j'aillais faire ». Elle ferme sa boutique de perles dans laquelle elle animait aussi des ateliers et part faire quelques saisons à la montagne en France. « La France, parce que mes parents y vivent depuis plus de vingt ans ». Elle y a rencontré son mari et n'est plus repartie. Billie travaille aujourd'hui dans la boutique dinanaise de ses parents « La Perlerie ». Ses bijoux upcyclés sont, eux, disponibles à la boutique D'Eco-Logique dans la même ville. « J'aime par-dessus tout créer des pièces uniques qui ne coûtent pas forcément cher. Dans le monde des bijoux, ce n'est pas simple à trouver ! Et ce qui me fait plaisir, c'est que l'on s'affranchit des modes !».

Bijoux à retrouver chez D'Eco-Logique à Dinan

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout