• Katell Magazine

DIX ANS.. et une nouvelle maquette

De l’air et de l’équilibre

Christophe Morvan, graphiste, explique son travail sur la nouvelle maquette. Interview.



Quel était ton avis sur le support ? J’aime son ton éditorial. Aller à la rencontre des gens du territoire, s’immerger dans l’univers professionnel des personnes interviewées et faire ressortir leur jardin secret, source de bien-être ou de soucis. Mais aussi, le placement des espaces publicitaires à des endroits spécifiques dans des rubriques appropriées. Évidemment, le côté recto/ verso unique qui donne une véritable identité à ce magazine. Pour moi, les pages étaient trop chargées, il fallait trouver le bon équilibre.

Pourquoi as-tu accepté de le faire évoluer ? Une vraie rencontre, une vraie collaboration avec deux professionnelles, Marie-Laure et Maïwenn. Que du plaisir ! Il y avait aussi la notoriété du magazine, une certaine fierté de participer à son évolution, à apporter ma vision graphique-zen (mon p’tit côté japonais) et créer une mise en page encore plus reconnaissable, ma « patte graphique », sans pour autant en bouger l’ADN mais le faire évoluer, le tirer vers le haut.

Qu’est-ce que tu as changé et pourquoi ? Ma mission a été de prendre en compte ce petit format avec moins de texte par page, plus d’air pour inciter le(la) lecteur(trice) à parcourir ce magazine en entier sans se lasser. Cette lecture doit être un plaisir, un moment de détente ! Créer une rupture graphique, tout en gardant la même signature éditoriale. Le premier travail a été de réfléchir à la UNE, signe de reconnaissance : don- ner la part belle à l’image, alléger les contraintes avec de l’harmonie et une grande lisibilité. La typographie choisie du titre, élégante, non « genrée » pour coller à l’identité du magazine. Elle garde ce système de pochoir (typo/matière) qui nous semblait une véritable marque de fabrique. Mettre de l’espace, de l’air avec un bord tournant permet de tout mettre en valeur. J’ai proposé d’assumer encore plus la base-line « Le magazine des super costarmoricain.e.s » qui est presque une démarche citoyenne, un ancrage et des va- leurs territoriales. Sur l’intérieur, j’ai travaillé par double page pour avoir vraiment une unité, une vraie lecture en diagonale, une vraie hiérarchie de lecture et de compréhension. Avec le même mot d’ordre : « de l’air ». Et de l’équilibre !

0 vue0 commentaire