• Katell Magazine

Katell backstage : Paris-Milan via Paimpol


Fille d’entrepreneurs, diplômée d’une école de commerce, Emmanuelle Herry débute sa vie professionnelle chez Estée Lauder. Elle rencontre l’univers de la mode comme responsable des achats, vêtements et chaussures, pour une enseigne de prêt à porter. Puis, une opportunité lui offre l’occasion de créer son entreprise à Paimpol, Paris-Milan. Et d’en acheter une seconde treize ans plus tard. Retour sur seize ans de sa vie d’une commerçante.




Créer son entreprise

« Ma formation et mon expérience étaient une force. J’avais un parcours dans la vente et fait mes preuves en achats, ça coulait de source. Mes parents étaient artisans, un milieu dans lequel on crée, on avance. Quand on a des exemples comme ça sous les yeux, on se pose moins de questions à la création d’entreprise ».


Les chaussures

« J’ai toujours aimé les chaussures, je tiens sans doute cela de ma maman. Déjà quand j’étais étudiante je me souviens que mes amies me complimentaient sur mes chaussures. Je les aime originales et raffinées ».


Le déclic

« En 2004, en voyage à Rio, je tombe fan d’une boutique de chaussures. Je me suis dit : en rentrant, je m’installe »


Paimpol

« Je suis Paimpolaise ! Au moment de ma création, le segment « chaussures mode » n’existait pas à Paimpol. La propriétaire de l’Escarpin partait en retraite, j’ai racheté sa boutique. Son positionnement était traditionnel et confort. J’avais fait une solide étude de marché. J’ai conservé les grandes marques et positionné les collections un peu plus mode. Petit à petit, j’ai étoffé la gamme. De suite, l’accueil a été bon. Je débutais avec sa clientèle, ce n’était pas rien ! ».


Développer

« Je suis toujours dans une veille stratégique, je m’intéresse aux évolutions du marché. En 2012, j’ai créé un site de vente en ligne. C’était osé à l’époque mais j’y croyais à fond. Ça a été beaucoup de travail : faire les photos, mettre en ligne, suivre les stocks... J’ai tâtonné, essayé des choses. Aujourd’hui le référencement est bon, nous envoyons en France et à l’étranger. Certains choisissent en ligne et viennent retirer à la boutique. Ils sont rassurés du lien entre le site et la boutique locale, ils peuvent vérifier. Depuis, nous veillons à consolider nos acquis tout en développant le site. La seconde étape de développement est arrivée en 2019 avec le rachat d’une boutique rennaise Via Spiga. Quand l’opportunité se présente, elle se réfléchit ».


Manager

« Deux boutiques c’est aussi un défi humain. Deux employées à Paimpol et trois à Rennes, je partage mon temps entre les deux boutiques. J’ai la chance d’avoir des équipes passionnées par leur travail. Trouver la meilleure place entre la vente, l’administratif et la gestion des stocks m’a pris du temps. Finalement, je me suis rendu compte que j’ai besoin d’être sur le terrain. Être à la vente, c’est rester à l’écoute des clients, c’est bien échanger avec les équipes, faire en sorte que tout aille pour le mieux et être efficace ».


Paris-Milan

« Aller sur les salons, à Paris et à Milan, donne la possibilité de tout voir, d’avoir la meilleure vision de la tendance ‘Mode’ en chaussures. Je retiens les grandes orientations, puis je les adapte à mes clients de Paimpol ou Rennes. Il faut savoir garder les pieds sur terre ! ».


L’essentiel

« Je retiens de ces 16 années, tout d’abord de belles rencontres ! Un parcours passionnant où j’apprends tous les jours, où, avec les équipes, nous avons développé notre capacité d’adaptation. Comme pendant la crise sanitaire. Il faut savoir se remettre en cause pour être à la hauteur d’un commerce qui continue d’évoluer ».


Un conseil

« Sans hésiter : aller au bout de ses rêves ! Et foncer ! »


Un projet ?

« Vivre ! » (rires)

www.pm-parismilan.com

25 vues0 commentaire