• Katell Magazine

L’impact positif du sport sur la guérison


Dans son action pour les malades, la Ligue Contre le Cancer des Côtes d’Armor propose, aux personnes atteintes de cancer, des activités physiques ou un accompagnement dans différentes disciplines. Objectif : faire découvrir des outils pour gagner en autonomie. Aujourd’hui : Yoga.


Allongées sur leurs tapis, disposés en cercle dans le respect des distances imposées par le contexte sanitaire, Cathie, Julie, Jacqueline, Monique, Rachel et Josiane se laissent bercer par la voix de Lise Tronet. « Déposez à la terre ce qui a pu se passer avant la séance et venez profiter de ce moment, de l’ici et maintenant ». Le silence paisible est rythmé par le tic-tac de l’horloge. En début de séance, Lise les amène à prendre conscience des différentes parties de leur corps. Puis, les exercices se succèdent pour étirer le dos, la nuque, tonifier les abdominaux... Elle se termine sur un long moment de détente et de relaxation. Dans la complexité de certains exercices, chacune a fait de son mieux, assistée parfois de Lise. Les sourires illuminent les visages à la fin de l’heure.

Gagner en autonomie. « L’objectif de la séance est de les aider à se reconnecter à leur corps, leur donner des outils de respiration qu’elles peuvent réutiliser au quotidien quand elles en ressentent le besoin ». Gymnastique douce, sophrologie, yoga, Taïso, marche douce, si la Ligue contre le Cancer des Côtes d’Armor propose des activités physiques c’est « parce qu’il est prouvé que l’activité contribue à lutter contre l’isolement des malades, à recréer du lien social et a un impact positif dans le processus de guérison ». En plus de dispenser les cours de Yoga, Lise est chargée de l’action pour les malades à la Ligue. « Nous recevons les personnes pour échanger avec elles sur leurs ressentis, leurs besoins et nous leur proposons des activités ou du soutien. Cela peut être celui d’un psychologue, d’une socio-esthéticienne, d’une diététicienne et d’activités physiques. Cet accompagnement dure un an. En participant, les malades acquièrent des outils pour gagner en autonomie, ils gardent du lien avec l’extérieur et se remettent dans une dynamique». Chaque année, la Ligue contre le Cancer des Côtes d’Armor propose 840 séances. L’an dernier 423 personnes en ont bénéficié. « Passer notre porte semble plus facile aux femmes qu’aux hommes. La démarche reste très personnelle ».


Julie :

« J’ai été orientée ici par ma psychologue, j’ai aimé l’accueil que j’ai reçu. Mon corps a été malmené pendant plusieurs années, j’ai besoin de me reconnecter à mes sensations corporelles ».


Cathie :

« Ici on ose, il n’y a pas de jugement. Cela nous aide à maitriser notre mental, à accepter les changements que notre corps peut subir. Voir des sourires, c’est positif, ça permet de s’accrocher ».


Monique : « Ici on fait partie d’un groupe, on sait qu’on vit toutes des situations difficiles. Il y a de la bienveillance ».


Jacqueline :

« Cela m’apporte de la

sérénité. Je me sens moins seule face à la maladie

et au traitement ».



32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout