top of page
  • Photo du rédacteurKatell Magazine

L’INITIATIVE / Mélanie Lorant

« Faire bouger, accueillir, être utile »



Mélanie Lorant organise « Les Châtecénies son et lumière » à Châtelaudren. Son savoir-faire pour créer des manifestations qui rassemblent et animent la commune, associé à ses expériences professionnelles, lui ont permis de développer un nouveau concept de lieu public.

par Marie Lambrinos


Depuis deux éditions, le son et lumière remporte un vif succès : « Tout est parti d’un échange avec Chantal Sion, que l’on surnomme « la dame aux chats » de Châtelaudren. Elle est passionnée de chats et d’histoire. Lors d’une soirée lecture organisée dans ma boutique nous avons imaginé un événement culturel pour animer et dynamiser le bourg. La place, les façades, l’église et la terrasse de mon café étaient des atouts à utiliser et placés au cœur de l’événement ». Chantal, l’écrivaine, fournit son talent de narratrice et ses connaissances historiques en anecdotes cocasses et Mélanie apporte son expérience dans l’organisation et la mise en place technique. « Les Châtecénies étaient nées ». Cette plongée dans le temps de Châtelaudren est maintenant marquée dans l’agenda culturel : « J’ai une appétence pour créer du lien, recevoir les gens et leur donner du plaisir à se retrouver. C’est ma fibre d’animatrice qui ressort. J’ai ce besoin de faire bouger, d’accueillir et d’être utile en proposant de nouvelles choses ». Prochain grand moment de partage : un Karaoké acoustique avec le pianiste Sylvain Griotto en décembre.


« Se sentir comme à la maison » C’est lors d’un séminaire d’entreprise, à Lille, que Mélanie découvre un nouveau concept de commerce : « J’ai été épatée par des boutiques originales comme les cafés-brocantes ou les cafés botaniques. J’ai gardé cette idée dans ma tête, elle correspondait totalement à mon envie de faire autre chose dans la vente ». Lorsqu’elle décide de se lancer à son compte. Et, il y a deux ans, ressurgit l’idée de créer, à Châtelaudren, un lieu différent : un café-botanique « dans lequel les clients se sentent comme à la maison », avec une atmosphère conviviale pour vendre, autrement, des fleurs séchées et des objets de décoration. J’ai intégré une épicerie fine et un snack, et je propose un brunch le week-end car, depuis la crise sanitaire, les gens ont besoin de retisser des liens vrais et sincères ».

Aussi loin, aussi vite Avec ses multiples compétences, sa nature audacieuse et résolument optimiste, Mélanie ac- cueille, avec le sourire, « chez Georgette », en référence à sa grand-mère : « J’ai plaisir à venir travailler tous les jours, je peux dire aujourd’hui que je suis épanouie dans ce que je fais même si je reste encore surprise d’avoir été aussi loin et aussi vite. C’est intense, je donne du temps mais je reçois énormément de compliments et d’encouragements. J’écoute mes clients pour faire vivre mon café cosy et chaleureux. C’est devenu le lieu de vie, d’échanges, de rencontres et d’événements que j’espérais tenir ».

www.chez-georgette.com

196 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page