top of page
  • Photo du rédacteurKatell Magazine

L’INVITÉE // Florence Béchen

Dernière mise à jour : 24 avr. 2023

Capitaine aux longues causes





Engagée dans la défense des droits des femmes et l’écologie, Florence Béchen en a fait son activité. Auteure du Loto des droits des femmes, elle est aussi à la barre d’un quizz sur l’écologie. Rencontre avec une Capitaine qui souhaite inspirer au passage à l’action.


Photos : Noemie Lefevre, créatrice d'images, tous droits réservés.

Les 7 et 8 mars, Florence animait le Loto des droits des femmes à Lamballe et Tréguier. Un spectacle événement pour « informer et éveiller les consciences. En mêlant le théâtre et l’artistique, on touche les gens ». Le loto aborde plusieurs sujets : la violence, le cycle de la violence, le féminicide, les inégalités salariales, les règles, le clitoris, le harcèlement de rue, le consentement, l’avortement, les poils. « Il met aussi en avant notre matrimoine : les figures féministes importantes comme Simone Veil, Olympe de Gouges, Louise Michel ou encore Beyoncé ». Les spectateurs disposent d’un carton de loto, jouent en équipe : « Chaque nu-méro tiré correspond à un sujet et à une saynète, une chanson, qui s’appuie sur des statistiques, des faits. Le jeu sert à faire participer le public, à faire passer des émotions ». Il est aussi le support pour préciser des notions, informer sur les dispositifs qui existent sur le territoire, répondre à toutes les questions. « C’est pourquoi, après le spectacle, nous avons le concours d’une sociologue, Stéphanie Legal-Gorin, qui est la coordinatrice de l’espace femmes Steredenn à Dinan ». Pas de loto sans lots : le public peut repartir avec une BD d’une figure féministe ou un objet designé par le collectif costarmoricain Ras le Frifri : porte-clefs clitoris, badge, serviette hygiénique lavable...

Drôle mais pas que Le Loto du droit des femmes est né, sur une commande, fin 2019 à l’occasion de la journée dédiée aux violences faites aux femmes. « Je n’étais jamais montée sur scène de ma vie. Avec Gaspard Verdure (comédien, ndlr), nous avons créé le duo. J’avais déjà le concept de loto et, lui, le personnage de clown. La conférence clownesque et le fait d’être un duo homme / femme permettent de faire passer plus de choses, des points de vue différents. C’est un spectacle drôle mais pas que. À un moment, Gaspard interprète aussi un homme violent ». Les retours sont unanimes : « les gens nous disent qu’ils sont touchés, que cela les fait réfléchir tant sur eux-mêmes que sur des situations ou des relations, qu’ils apprennent énormément de choses. Suite au spectacle, des élèves ont même monté un collectif dans leur collège pour mettre en place des distributeurs pour les règles ». Le Loto s’adresse autant aux personnes qui sont témoins qu’aux victimes. « Avoir une réponse à la question « qu’est- ce qu’on fait ? » et proposer des ressources ».

#MeToo Florence a toujours baigné dans un milieu avec un vif intérêt pour le droit des femmes. « Ma mère était féministe mais je crois que le déclic, pour ma génération, ça a été #MeToo et les premiers décomptes de féminicides. J’ai beaucoup lu et écouté le podcast Les couilles sur la table. Cela m’a fait réfléchir sur le sujet tant de façon personnelle que de manière sociétale. Et elle concède que la définition du féminisme est « hyper compliquée. Je dirais que c’est de vivre dans un monde où l’égalité entre les femmes et les hommes est la meilleure possible ». Pas de militantisme chez la jeune femme pour autant, mais un fort engagement : « Il y a des militantes qui font ce travail mieux que moi. Je dirais que j’ai plutôt une posture politique dans la mesure où ce spectacle fait avancer les droits des femmes. Je transmets des messages et des infos pour que les gens puissent agir de leur côté. Je suis engagée dans la défense les droits des femmes, dans la lutte contre les discriminations et les violences faites aux femmes».

Écologie et solutions L’autre cheval de bataille de Capitaine Florence, c’est l’écologie. « Ça fait un bout de temps que je travaille dessus ». C’est même le point de départ de l’aventure entrepreneuriale de celle qui , petite, était Éclaireuse de France. « Mon éveil écologique a eu lieu il y a quelques années. Je travaillais dans l’événementiel sportif et j’ai réalisé que ce que je faisais n’était pas du tout écologique ». Elle est en train d’écrire un nouveau spectacle où elle échangera avec Florence du Turfu (futur en verlan, ndlr) par écran interposé pour mettre en avant le climat, la biodiversité, les déchets, la pollution, l’engagement. « Le quizz va valoriser des initiatives locales pour montrer les solutions en Bretagne et en Loire Atlantique. Florence du Turfu, elle, a essayé de trouver des solutions. D’ailleurs si des projets sont intéressés pour apparaître dans le quizz, ils peuvent me contacter ».

Outil de RSE Destiné aux entreprises, associations ou collectivités, ce nouveau spectacle est un outil « de sensibilisation à la RSE* et de team building. « L’ambition c’est qu’à la fin du spectacle elles aient appris quelque chose et qu’elles soient revigorées pour passer à l’action ». Et la Capitaine dans tout ça ? « J’ai, depuis longtemps, une casquette de marin. C’est un peu mon cliché breton : casquette, marinière et ciré jaune. Par ailleurs, je suis fan de Comics et de leurs super héroïnes, comme Captain Marvel. Ça a un côté « empowerment » : le fait d’être seule à mener ma barque, ça me donne de la force et me permet d’oser plus ». Elle veille cependant à bien séparer vie pro et vie perso : « Capitaine, c’est ma posture pro. C’est important de faire le distingo, notamment sur des sujets comme ça ». Et Capitaine Florence a encore bien d’autres projets en soute : des vidéos youtube, un quizz de Noël écologique... Elle garde le cap ! * RSE (responsabilité sociétale des entreprises)


79 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page