top of page
  • Photo du rédacteurKatell Magazine

LA CRÉATRICE / Maëlle Mary

Le trésor des ormeaux

Maëlle Mary sublime la nacre des ormeaux. Son travail d’orfèvre puise dans l’arc-en-ciel du coquillage et fait naître des bijoux uniques aux reflets exceptionnels. Quand le recyclage prend des airs de trésors... Découverte.

par Marie Lambrinos



Maëlle Mary a toujours passé ses vacances en Bretagne, avec ses parents, et comme tous les enfants, elle aimait ramasser les coquillages sur la plage. Et puis, le temps a passé, et comme elle était douée en peinture et en dessin, elle est devenue professeure d’arts plastiques. Après quelques années à enseigner en région parisienne et dans le centre de la France, elle suit son conjoint cuisinier à Perros-Guirec : « Gabin proposait des ormeaux à la carte de son restaurant. Il était toujours contrarié de jeter les coquilles. Alors, j’ai commencé à expéri- menter des choses, à tester mes premiers essais sur l’entourage et, de fil en aiguille, j’ai lancé mon atelier il y a deux ans. Des habitants m’apportent leurs coquilles ramassées. Ce sont des moments très émouvants du- rant lesquels ils partagent leurs souvenirs de pêche avec leurs grands-parents. Les locaux apprécient que l’on utilise cette richesse naturelle ».

Effets de lumière. Cette autodidacte valorise, avec raffinement, les ormeaux, appelés aussi « oreilles de la mer » pour leur donner une nouvelle vie : « Je suis toujours sous le charme des multiples particu- larités et qualités de la nacre de l’ormeau breton. Ses reflets sont comme l’océan, ils varient en fonction de la lumière. Une même boucle d’oreille peut arborer une couleur perle au soleil et se parer de couleurs vives (rose, violet, bleu, vert) dans une lumière plus tamisée. Et comme ce n’est pas une texture uniforme, je ne fais pas deux fois la même pièce ». Maëlle s’amuse à dire que la nacre n’est pas un matériau fragile, même si elle se manipule plutôt bien avec ses outils de transformation. Les coquilles se transforment en bracelets, colliers, boucles d’oreilles, boucles asymétriques associés à du quartz rose, du grenat et de l’acier inoxydable doré. Des créations uniques dont la délicatesse est sollicitée pour parfaire des tenues de mariage ou faire des cadeaux originaux. La jeune femme aime également s’associer avec d’autres créateurs pour proposer de nouveaux modèles qui viennent compléter sa gamme : « Je viens de réaliser une création à quatre mains avec Céline, créatrice à l’univers japonais, une boucle d’oreille asymétrique très originale ». Inspirée par la nature, l’océan et passionnée de bleu, Maëlle a dénommé son entreprise Iris, prénom de sa fille mais aussi en référence à la déesse de l’arc en ciel... nuances cachées – aussi - dans les ormeaux.


www.etsy.com/fr/shop/IrisBleuArt


27 vues0 commentaire

Comments


bottom of page