• Katell Magazine

La petite histoire // NOIR, C’EST CLASSE



Dans le dressing d’une femme, un élément est indispensable : une petite robe noire.

Par Laëtitia Henry, Collectionographe.


Pendant des millénaires, le noir est à la fois source de vie et de mort. Au Néolithique, le noir des pierres déposées pendant les rites funéraires rappelle la mort ainsi que le retour à la terre, symbole de fécondité.


À l’arrivée du christianisme, qui oppose le monde de la lumière à celui des ténèbres, cela change. Au XIème siècle, le noir devient même la couleur diabolique par excellence. Cependant, c’est aussi la couleur de l’humilité et de la pénitence du monde monastique. À cette époque, teindre un vêtement en noir est chose difficile. Les techniques de teinture ne permettent pas encore de fixer cette couleur. Elle s’affadit rapidement et donne aux étoffes un aspect sale, terne. Par conséquent, c’est l’apanage des classes les plus humbles et laborieuses.


Tout change à la fin du Moyen-Âge,

le noir devient à la mode chez les rois et princes ainsi que chez les légistes, juristes et magistrats. Teindre un vêtement dans un vrai noir est désormais possible mais cela coûte extrêmement cher. C’est alors le signe distinctif d’un statut particulier


L’arrivée du protestantisme au XVe siècle

va bousculer cette nouvelle mode. Pour cette doctrine, le costume doit être austère pour marquer l’infamie du pêché originel. Le vêtement sombre s’y prête à merveille. Pour enfoncer le clou, au XVIIe, le noir est définitivement associé au deuil et à la pénitence. Cet aspect grave, austère du vêtement, perdure jusqu’aux années 1920. Mais se vêtir de noir reste l’apanage du monde bourgeois, de celui des affaires. Néanmoins, avec les nouvelles découvertes scientifiques, le monde de la teinture fait un bond en avant.


En 1926,

lorsque Vogue consacre « la petite robe noire » de Mademoiselle Chanel, personne ne se doute qu’un nouveau code vestimentaire est lancé. Le noir qu’associe Chanel à sa création est, en ce début de XXe siècle, très audacieux. Anodin aujourd’hui, s’habiller de noir fut pourtant très codifié durant de nombreux siècles.


Au début du XXe siècle,

les designers, les stylistes, les couturiers s’emparent de ces nouvelles gammes de couleurs. Avec elles, le noir devient moderne. Il prend une connotation raffinée, élégante, lumineuse et même joyeuse. S’habiller de noir n’a plus rien de tabou, cela devient simplement chic.


Aujourd’hui, porter un vêtement noir est devenu banal. Pourtant, sa présence dans un dressing est indispensable. Pourquoi ? Parce que c’est la seule couleur avec laquelle vous ne pouvez faire d’impair. Secrètement, elle a su garder sa symbolique d’autorité, de respectabilité, d’humilité que des siècles de vie en société lui a associée.


L'histoire continue sur intagram : la collectionographe

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout