top of page
  • Photo du rédacteurKatell Magazine

L’INVITÉE Christelle Ouléa


La reine des glaces


Christelle Ouléa aime rassembler. Et elle a trouvé un bon prétexte pour ça : des recettes de glaces qui allient les saveurs de la Côte d'Ivoire à celles de l'Europe. Une mixité qu'elle développe savoureusement, source de découvertes originales et subtiles. Avant-goût.


Photo : Lou Le Coq, L'Oeil de Lou. Tous droits réservés.


Une combinaison de peintre, un échafaudage, des cartons… Christelle, en plein aménagement dans ses nouveaux locaux, les projette dans un futur proche : la boutique, la zone de stockage, le labo, le bureau à l’étage. « Le maximum sera prêt pour la saison ». En attendant et, en même temps, elle produit, accueille les clients et même le stagiaire en communication qui passe pour signer sa convention. L’ex-parisienne de 43 ans avait le cœur ancré en Bretagne depuis longtemps déjà, sans avoir l’idée de s’y établir  un jour, ni même d’y faire naître son entreprise. Pourtant, l’installation à Saint-Brieuc est déjà la seconde étape de l'entreprise C’Doudeh, née en 2021 à Lamballe, sur l’incitation de son cercle amical et « avec un premier financement bancaire pour voir si ça marche ». Parce que l’idée de « faire des glaces sans conséquence et que chacun puisse manger de la bonne glace » est née il y a presque dix ans. « Je travaillais dans une banque mais j’adore cuisiner. Lorsque je cuisinais pour mes collègues, je faisais des glaces en dessert. L'une d'elles m’a incitée à en faire mon métier ». Christelle se renseigne sur le parcours et les diplômes. Puis, pendant quatre ans, elle prend des congés sans solde pour se former avec des artisans glaciers. Elle est parrainée par un artisan glacier, meilleur ouvrier de France (MOF) auprès duquel « j’apprends et je m’améliore sans cesse».


Saveurs subtiles au palais

Elle élabore ses quatre premières recettes avec la collaboration d’un laboratoire. « J’ai pris mon temps pour que l'on puisse évaluer l’évolution de la glace dans le temps ». Puis, chacune des créations est le fruit « de beaucoup de travail de recherche et de tests » pour des saveurs subtiles au palais. Si elle se nourrit des retours de ses clients, sa passion pour la cuisine l’amène aussi sur de nouveaux terrains. « Je réalise des créations pour des restaurateurs. Ils me décrivent leur plat et à moi d’inventer la glace qui va s’associer avec, sans couvrir le goût du met ». Sont ainsi nées une glace avocat/basilic pour accompagner un carpaccio et une glace aux petits pois pour convoler avec un écrasé de maquereaux. « La glace tout le monde connaît. J’aime innover, bousculer les choses ». Et l’artisane de différencier les glaces plaisir, les glaces santé ou encore végan. « La glace santé est celle qui pourra être dégustée par des personnes intolérantes au sucre ou par les diabétiques, par exemple. J’ai créé, pour un pâtissier, une glace végan au praliné ». Christelle aime aussi amener ses clients sur de nouveaux terrains avec des associations de saveurs dont elle a le secret.


D'Afrique et d'Europe

« Je suis née en France mais originaire de Côte d’Ivoire. Ma mère cuisinait autant africain qu’européen. Je suis ce mélange des deux, alors je me suis dit : pourquoi mes glaces ne le seraient-elles pas ? Qu'elles assemblent des saveurs qui ne se connaissent pas. C’est ma façon de prôner la mixité et de rassembler ».  Elle puise son inspiration dans les deux cultures, marie une plante, une racine, un fruit d’Afrique avec des saveurs européennes. Bissap, Combava, Cacao d’Afrique de l’Ouest, Vanille, Mangue… « La mixité, c’est autant de possibilités de s’ouvrir à de nouvelles saveurs, de se laisser surprendre avec quelque chose de différent. J’ai fait goûter une glace patate douce/coco à des personnes âgées, elles ont beaucoup aimé ». Le lait pour la fabrication des glaces provient d’une ferme lamballaise. C’Doudeh compte aujourd’hui 40 points de vente, en Bretagne, bien sûr, mais aussi Paris, Bordeaux et Lyon. « Maintenant ce sont les points de vente qui m’appellent ! ». Sans doute grâce à la visibilité offerte par les réseaux sociaux mais aussi un article dans le quotidien Le Monde.


Village olympique

Et l’agenda de Christelle, en plus de la mise en place de sa boutique briochine, est d’ores et déjà bien chargé : la partenaire de miss beauté Bretagne sera aussi présente sur des événements locaux comme Les Régalades de Lamballe, le marché estival d’Erquy, le festival Food Truck de Saint-Quay-Portrieux… et - mazette ! - au village olympique pendant les JO de Paris. L’ouverture d’un salon de thé, à Lamballe, suivra au second semestre cette année. Quand on évoque ses projets à plus long terme, elle rit : « Il y en a qui rêvent d’un sac à main, moi je rêve d’une ligne de production pour automatiser la mise en pot ! ». Mais aussi d'un emploi pour l’aider en production… « pour développer en restant artisan, c’est-à-dire conserver une stabilité dans la qualité. Et non pas rogner sur la qualité de certaines matières premières pour gagner plus », conclut-elle. Celle « qui ne compte pas ses heures » s’apprête à prendre des vacances. « Les premières depuis cinq ans ». Méritées.


Marie-Laure RC

13 vues0 commentaire

Comments


bottom of page