top of page
  • Photo du rédacteurKatell Magazine

LE REBOND // Christophe Jouanneault



Capsulo-thérapie

Christophe Jouanneault, alias le Capsuliste, transforme les capsules de café en objets de déco. Une « art-thérapie » qui a offert à cet ancien bûcheron « une motivation » qu’il n’avait plus depuis longtemps. Et une nouvelle vie.

« Comme tout le monde, j’ai morflé ». Christophe, 46 ans, est installé comme artisan à Lannion. Son credo : donner une seconde vie aux capsules Nespresso. Ce qui lui vaut le surnom de Georges sur les marchés. « Je n’aurais jamais imaginé faire ça », s’étonne-t- il encore. Pourtant le bilan de compétences qu’il réalise quand on lui diagnostique des troubles musculo-squelettiques fait déjà apparaître le domaine des loisirs créatifs. « Je devais aban- donner mon travail de bûcheron et de nettoyage de rivières que j’adorais. Le bilan démontrait que j’avais ma place dans la nature mais mon corps m’imposait de changer de métier. Je pense que je n’ai pas voulu voir le domaine des loisirs créatifs que je ne connaissais pas, j’ai donc suivi un BPJEPS en éducation à l’environnement et développement durable. Passer mes journées en forêt, c’était essentiel pour moi ». Pendant cette formation, il « découvre le recyclage » et rencontre une créatrice qui réalise des bijoux à partir des capsules de café. «J’ai regardé des tutos sur internet, j’ai testé des choses, je me suis rendu compte que j’allais de plus en plus loin. Émergeait un côté créatif qui était bien planqué chez moi et cela m’amusait ».


Articuler handicap et activité

Son état de santé se dégrade encore un peu plus et impose à Christophe un taux d’invalidité et une allocation adulte handicapé. « C’est très compliqué à gérer : au début je me suis dit que j’allais passer pour un fainéant. Mais, il faut être lucide : quand je suis en crise, je ne peux même pas me lever. Comment articuler ça avec une vie en entreprise ? Pour autant lorsque je vais bien, je veux pouvoir travailler et m’épanouir. Cela va au-delà du revenu que je peux générer avec mon activité ». En devenant Le Capsuliste, Christophe a retrouvé son utilité : «Je participe au recyclage, j’ai organisé un système de collecte. Je ne vais pas révolutionner le monde mais je fais ma part, comme le colibri ». Il y a aussi les rencontres : « les clients avec qui je partage ma passion pour l’environnement et, sur les marchés, je change de collègues tous les jours. J’ai retrouvé une motivation que je n’avais plus depuis longtemps. C’est important de pouvoir se dire : je sers à quelque chose, je vaux quelque chose », raconte celui qui a enchaîné 120 marchés l’été dernier. Ses créations évoluent : une robe, un gilet pour homme en préparation et un arbre. Sur une branche morte sélectionnée en forêt et éclairée d’une guirlande, il a posé des feuilles découpées dans les capsules. Chassez la nature, elle revient au galop...

facebook/le capsuliste

*BPJEPS : Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport

123 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page