• Katell Magazine

«Mère et cheffe d’entreprise sans culpabiliser»


A la tête de l’Enfantaisie, micro-crèche et l’Agence des Enfants, agence de garde pour enfants, la cheffe d’entreprise Cristina Wimmer refait le chemin à l’envers. Un parcours, une passion, un déclic. Avec douceur et détermination.


« Je suis une star de mon business mais pas tous les jours », rit-elle. Elle s’amuse de la formule qu’elle vient de prononcer tout en allant chercher le premier numéro du Katell. Celui par lequel tout a commencé. « En lisant un article sur les Mampreneures (maman et entrepreneures, ndlr), je me suis dit : j’ose ! ». C’était il y a plus de huit ans. A l’époque, elle travaillait pour une franchise de garde pour enfants. Elle en prend la responsabilité avant d’être sollicitée pour le rachat. « J’ai pris le temps de la réflexion puis j’ai monté ma première agence de garde pour enfants en 2012 ». Entre 2013 et 2017 la demande explose. En parallèle, alors qu’elle cherche une crèche pour sa fille, naît l’idée d’ouvrir une micro-crèche, «une maison» pour accueillir les enfants. « C’était trop tôt, cela supposait un plus gros investissement de départ ». L’idée mûrit avec les années, elle s’informe, le projet prend forme en 2017. « Je voulais coller aux besoins du territoire, j’ai étudié l’offre pour l’enfance, le handicap, les horaires atypiques. Je souhaitais avoir une offre globale ». Etape suivante : l’implantation du projet et faire comprendre la complémentarité de son offre aux autres acteurs locaux. Cristina cherche aussi un lieu qui répond à son cahier des charges. Une maison. « C’était un peu complexe, mais dans ma recherche, j’ai rencontré Thérèse Jousseaume, maire de Langueux à l’époque. Grâce à son intérêt pour le projet, elle organise une rencontre avec tous les acteurs locaux et mon projet peut voir le jour à Saint-Brieuc comme je le souhaitais ». Elle obtient le soutien de la CAF dans son plan de financement pour l’achat des locaux. Ces locaux qu’elle a déjà visités et pour lequels elle a un coup de coeur. « Cette maison était le meilleur compromis, cela rejoignait mon idée initiale. L’important pour moi c’est l’esprit maison. Ici on est comme une petite famille et notre démarche pédagogique s’inspire de la méthode Montessori. Tout pour que les enfants soient zen ».

faire travailler la bretagne. Les lieux ouvrent en 2018 après un an de travaux. La déco est épurée, les coloris tendres, les enfants disposent d’un jardin, de terrasses. Cristina et son équipe sont aussi engagés dans une démarche éco-responsable. « Tous les produits utilisés sont bio, nous sommes dans une démarche de couches lavables avec des fournisseurs bretons. Il en va de même pour les repas qui nous sont livrés par des prestataires. Tout est local et de saison avec, de temps en temps, des aliments bio. Mon ambition est de faire travailler la Bretagne ». Cristina est

aujourd’hui à la tête de L’Enfantaisie, une micro-crèche pour enfants et L’Agence des Enfants, service de garde à domicile. Deux SARL différentes pour ce bout de femme qui maîtrise l’art de faire rimer douceur et détermination.

ici les nounous sont des stars. « J’ai toujours eu une passion pour les enfants mais avant il fallait être cadre de santé pour gérer une structure comme la mienne. C’est toujours resté dans un coin de ma tête. Ici les nounous ne sont pas des numéros, elles sont des stars ! ». Avant le confinement, son agence comptait cent familles, une soixantaine d’intervenants et onze places en mini-crèche dont la liste d’attente s’étire jusqu’à fin septembre 2021. « Ce lieu, c’était un pari, car je porte tout, toute seule, pour ne pas mettre en péril ma famille ». Quand elle évoque la satisfaction du chemin parcouru, cette réussite, son regard s’illumine : « Je la mesure quand je vois la fierté dans les yeux de mes filles ! Rien que ça c’est wouah ! Être un modèle pour elles, c’est important pour moi. Et mon mari est un supporter génial. Grâce à tout cela je suis mère et cheffe d’entreprise sans culpabiliser. Je me suis même autorisée à embaucher quelqu’un qui me seconde en back office de façon à pouvoir passer du temps le mercredi avec ma seconde fille !». Comme une petite victoire sur elle-même. Avec un peu plus de recul, sa fierté remonte un peu plus loin encore dans le temps : « Je suis fille d’immigrés Portugais, arrivée en France à 18 mois ». Même son parcours en école supérieure de commerce et son expérience professionnelle n’ont pas affaibli sa gratitude : « On est chanceux. Je n’ai de comptes à rendre à personne ». Si le contexte sanitaire de cette année 2020 lui impose la prudence, Cristina projette quand même de développer son entreprise. «Le nom est déposé et j’aimerais qu’il devienne une marque ». Invitée du Katell aujourd’hui, nul doute que son parcours inspire des entrepreneures pour, qu’à leur tour, elles osent !

www.lenfantaisie.fr

193 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout