top of page
  • Katell Magazine

Maison Loeza, le luxe engagé


Louise Lavaud, briochine de 29 ans et créatrice de mode, vient de lancer sa propre maison de maroquinerie en matière recyclée. Sa collection de sacs à main conjugue innovation technologique et sociale avec produit de luxe. Styliste audacieuse et engagée, la Bretagne est sa source d’inspiration. par Marie Lambrinos



J’ai souhaité développer un projet qui associe des valeurs humaines et éco-responsables au produit de luxe. Je suis convaincue que l’âme d’une maison de prêt-à-porter doit reposer sur la qualité, l’éthique et l’humain. La maison Loeza travaille avec des matières recyclées, innovantes telles que le cuir de saumon, la vachette grainée irisée, la bijouterie et les voiles de bateaux ».

De l’idée au projet Son idée l’accompagne depuis sa tendre enfance, tout comme son goût pour l’art et le raffinement. C’est donc tout naturellement qu’elle s’oriente vers des études dans la Mode. Après un BTS, elle monte à Paris pour réaliser des stages dans des grandes maisons de mode. Rapidement, elle va s’affirmer et décrocher des postes en tant que styliste ma- roquinerie. Elle élabore son projet novateur : fabriquer, en série limitée, des œuvres d’art de maroquinerie respectueuses de l’environnement.


Engagements forts Tous les partenaires de la maison Loeza adoptent des certifications éco-responsables tant dans les procédés de tannage utilisés que dans la consommation des eaux, des énergies et dans le recyclage des matières et matériaux. Loeza adopte ainsi « l’upcycling », l’art de créer un produit unique avec des matières recyclées. Le cuir de saumon est français, la vachette et la doublure sont italiennes. « Le sac d’emballage, découpé et assemblé par une Entreprise Adaptée du côté de Saint-Malo, permet de valoriser le travail des jeunes en situation de handicap. Ils confectionnent le packaging en chutes de voiles de bateaux bretonnes ».

Être une entrepreneure Louise positionne sa maison de mode dans un concept qui résonne fort aujourd’hui. Mais ce qui semble être une évidence et dans l’air du temps a été, pour notre briochine, un combat à mener « je suis entrepreneure femme dans un univers parfois machiste, il a été quelquefois difficile d’être prise au sérieux ». Sa force de caractère et son tempérament breton l’ont aidée à passer quelques barrières et préjugés et à garder le cap. D’ailleurs, Loeza signifie Louise en Breton, un prénom prédestiné et dont l’étymologie révèle sa qualité de « glorieuse combattante ». Sa collection, aux lignes design rappelant les nageoires de poisson et la barre d’un bateau, est à découvrir sur son site internet, la boutique sur rue sera un autre challenge.


maisonloeza.com // facebook & instagram

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page