• Katell Magazine

MARCEL BACKSTAGE... Olivier Marsick

Dans les pas d’Olivier

Olivier Marsick co-dirige Espaces Atypiques. Retour sur l’itinéraire d’un fonctionnaire audacieux, d’expériences en rencontres jusqu’à la création d’entreprise. Ou la richesse de ses chemins de traverse.



Chemins de traverse « J’ai toujours été passionné par l’immobilier mais mon chemin a été tout autre. J’ai fait un BTS diététique puis un diplôme d’éducateur sportif. Métier que j’ai exercé plusieurs années avant de reprendre une licence pro en gestion des activités du tourisme et des loisirs suivie d’une maîtrise en gestion et d’un DESS en gestion de projets ».

Être utile aux habitants « J’ai intégré le Conseil Dépar- temental où j’ai exercé plusieurs fonctions : la direction des sports, les politiques du logement avant de rejoindre le cabinet du président. J’étais le lien entre les habitants et le président, cette expérience a été source de très belles rencontres et de la sensation d’être très utile dans le quotidien des habitants. Passionnant ! »

De l’humain « Puis, j’ai été chargé du FSE, fonds social européen. Je mon- tais des dossiers pour de belles causes humaines... que je ne croisais qu’une seule fois en amont du dossier. Le côté humain me manquait. Un jour, je croise un policier portuaire, on discute et je suis devenu policier portuaire pendant un an. Je retrouvais les échanges que j’appréciais : avec les plaisanciers, avec les pêcheurs... ».

Le déclic « Dans la fonction publique l’évolution est liée à l’obtention de concours que je n’avais pas. Je me suis alors demandé comment changer d’univers ».

Repartir de zéro « Quand on est fonctionnaire, on ne peut pas démissionner comme ça. Vous prenez une disponibilité. Vous n’avez ni indemnité de départ, ni droits au chômage, vous ne pouvez pas prétendre aux aides à la création d’entreprise. Il n’y a pas de passerelle entre le fonctionnariat et l’entrepreneuriat. Je suis parti de zéro, j’ai vendu ma maison pour créer l’agence Espaces Atypiques ».

Oser changer « De l’extérieur, ça peut paraître gonflé. Le courage, c’est d’être resté aussi longtemps à me poser des questions. Oser, c’est aller vers l’accomplissement de soi. En même temps, ce que je suis aujourd’hui je le dois aussi à mon parcours dans la collectivité, aux échecs et aux rencontres ».

Les bénéfices « Au confort du lendemain et des vacances, j’ai ce que je n’avais plus : le sourire et l’envie. Aujourd’hui, je suis pleinement acteur d’une vie professionnelle très riche humainement et aux commandes de ma rémunération ».

Des conseils « Passer le pas, c’est préparer les choses, savoir s’entourer, croire en soi, avoir un brin d’audace, se remonter les manches et travailler ! »

138 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout