• Katell Magazine

Un café avec... Josette Conan et Armelle Lambert

"Quand on parle tourisme, on parle bonheur"  


Qui êtes-vous ?

Josette (à gauche) : « Je suis originaire de Pléguien. Retraitée de l’assurance maladie, maire de Lanlef, vice-présidente en charge du développement touristique et des nouvelles dynamiques territoriales de Guingamp-Paimpol Agglomération. Je ne pensais pas que l’on me proposerait cette délégation mais je me suis dit pourquoi pas ! J’ai découvert le tourisme avec beaucoup de plaisir et d’enthousiasme».

Armelle (à droite) : «Je dirige l’Office Guingamp-Baie de Paimpol Tourisme».


Comment se définit un Office de Tourisme à l’heure des plateformes numériques ?

Josette : « c’est une porte d’entrée incontournable sur un territoire. A l’heure où tout se digitalise, se déshumanise, l’Office de Tourisme est une boutique où les équipes aident à optimiser les vacances. Nous avons abordé un virage qui va encore plus vers l’humain. Quand on parle tourisme, on parle bonheur ».

Armelle : « C’est un service de proximité avec une équipe d’experts qui dispose d’une excellente connaissance du territoire. Leurs conseils sont ultra personnalisés et éclairés, ce que ne donnent pas les plateformes. Nous sommes des artisans de notre territoire avec une capacité à nous réinventer en permanence, ce qui est la richesse de cette filière »


Qu’est-ce-que le contexte Covid a changé pour votre Office de Tourisme ?

Josette : « Il a fallu se réinventer avec du bon sens et de l’agilité. L’accueil touristique n’est que la partie immergée de l’iceberg. Nous avons conservé des liens étroits avec les univers professionnels qui subissaient de plein fouet les fermetures. Tant en informations sur les aides qu’en soutien moral. En parallèle, nous avons mis au point des programmes alternatifs pour suppléer le gel des animations et les festivals. Nous avons créé « Les traversées estivales », des animations qui respectaient les protocoles. La culture et le festif font partie de l’ADN du Breton. Cette période de crise a prouvé qu’une chaîne humaine est capable de déployer des moyens et d’obtenir des résultats surprenants. À partir de maintenant, l’économie va repartir, nous allons être concurrencés, il va falloir continuer à être imaginatifs ».


Armelle : « Passé le moment de stupeur et de sidération, il y a eu un instinct de survie et un élan de solidarité. L’Office de Tourisme est une tête de réseau : notre première préoccupation a été les entreprises de notre réseau et les femmes et les hommes qu’il y a derrière. Nous nous sommes tous mobilisés, cela a créé une nouvelle dynamique, renforcé les liens qui existaient déjà. Chacun a apporté son expertise pour faire une recette commune. Nous avons fait un travail introspectif et révélateur de plein d’expériences à vivre à proximité, « L’aventure à ma porte ». Une nouvelle dynamique qui s’est poursuivie depuis ».


La crise a-t-elle été un révélateur ou un accélérateur sur certains sujets ?

Josette : « On n’a jamais autant parlé de tourisme que pendant cette crise sanitaire. La France est la première destination mondiale, la Bretagne fait partie des trois régions les plus visitées. Nous savons que la Bretagne sera de plus en plus prisée. Si nous avons mieux résisté c’est aussi parce que nous ne sommes pas dans un tourisme de masse. Que veut-on faire de notre territoire ? Des hôtels de luxe ? Ou profitons-nous de la prise de conscience énorme qui met en avant le consommer local, les circuits courts pour faire émerger une offre touristique avec nos valeurs ? ».


Quelles innovations pour le tourisme ?

Armelle : « Allier l’environnemental et le digital. La relation avec le client, ce qui fait la pertinence de nos métiers, va évoluer. Proposer des produits respectueux de l’environnement, l’optimisation du clic & collect. Nous réfléchissons avec les commerçants pour qu’ils ne soient pas seuls face à cette nouvelle façon de consommer et mettre en place une plateforme numérique. La digitalisation s’est emballée sur tous les aspects de la vie courante. Les visites sur notre site ont fait un bond de 30 à 70%. Il faut prendre en compte cet accueil numérique. Nos structures vont devenir phygitales (physiques et digitales). Notre candidature a d’ailleurs été sélectionnée par le programme Fair Breizh* pour faire émerger une offre touristique durable, équitable et solidaire. Ce qui rejoint le projet d’excellence environnementale de l’agglomération. Nous engageons un début de transition pour l’Office pour pouvoir ensuite accompagner les porteurs de projets et les entreprises ».


Un café ?

Josette : « Allongé sans sucre. Et plutôt en terrasse ! »

Armelle : « Noir et sans sucre »


* ADEME Bretagne/Région Bretagne/ Comité Régional du Tourisme



170 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout