top of page
  • Photo du rédacteurKatell Magazine

LE CHEF D’ENTREPRISE / Jonathan Chambon



« Une entreprise, trois activités »


Jonathan a quitté un emploi salarié à Paris pour trois activités différentes dans les Côtes d’Armor : de l’entretien de jardins, de la conception paysagère et de la scénographie. Un choix qui lui permet de conserver «un œil frais» et des activités qui s’inspirent mutuellement.


Jonathan partage sa vie entre plusieurs activités professionnelles. Un choix assumé « pour gérer les fluctuations ». Le jeune homme assure la création et l’entretien de jardins et intervient en scénographie pour Hermès. Entre le début de son activité, il y a un peu plus de deux ans, et aujourd’hui, les lignes ont un peu bougé : « J’avais imaginé le côté entretien de jardins comme le pan alimentaire de mon activité qui viendrait conforter le dessin paysager. Et, en fait, j’aime bien être à l’extérieur et je n’avais pas anticipé la richesse des relations sociales que cela m’apporte. Être à l’extérieur est un véritable besoin. C’était inattendu pour moi. De ce fait, je fais peu de dessins de jardins mais je les choisis et je vais jusqu’à la réalisation ».


Libraire ou paysagiste

Devenir paysagiste germe dans l’esprit de Jonathan suite à l’achat d’une maison dans les Côtes d’Armor. « Elle a été l’amorce du changement. Mais pour quel type de job ? Je me suis projeté un temps comme libraire ». C’est un documentaire sur des paysagistes, le temps d’un trajet Paris-Guingamp, qui lui donne le déclic. « Le paysage m’avait déjà effleuré l’esprit quand je suis sorti des Beaux-Arts... Deux jours après ce trajet, j’ai annoncé à ma direction que je voulais me réorienter. Je vivais dans la scénographie, éphémère par définition, et j’avais envie de m’inscrire dans une activité aux résultats plus pérennes ». Il poursuit en free-lance de la création de vitrines pour Hermès pendant sa formation en paysage. Quand il décide de lancer son activité, il se fait accompagner par la BGE. « On a balayé les différents statuts d’entreprises possibles, ceux qui pouvaient accueillir les trois branches : l’entretien de jardins dans le cadre du service à la personne, la création de jardins qui relève du bureau d’études – et suppose donc une garantie décennale - et la scénographie, du conseil ». C’est la coopérative d’activités et d’emploi (CAE22)  qui lui permet de réunir tous ces projets en une seule entreprise : l’entrepreneur, hébergé comptablement et juridiquement, peut y tester et développer plusieurs activités différentes.


Des compétences et un appui

« Cela simplifie l’administratif et me permet de conserver mon côté multi casquettes. Le parcours du début est une  véritable montée en compétences en tant qu’entrepreneur et le réseau que l’on se crée mène à des groupes d’univers partagés, des échanges ». Il trouve dans l’encadrement un appui : « Pour me rassurer, j’avais besoin de faire, régulièrement, des prévisionnels. Il me fallait de la visibilité. Et j’ai constaté que le réel dépassait le prévisionnel... ». Son prévisionnel annuel est désormais basé sur l’entretien de jardins et la scénographie, « La conception, c’est du plus ». Il ajoute : « Je suis dans un système où j’ai la souplesse de pouvoir m’écouter et écouter mon activité ».


Équilibre pro et perso

Souplesse dans ses activités, souplesse d’aménagement du temps... «Cette organisation me permet de  garder un œil frais sur chacune des activités. Les différents milieux que je côtoie m’apportent l’inspiration utile à tous les pans de mon activité. Quand je suis à Paris, je travaille avec des personnes qui ont d’autres casquettes que la mienne, des artistes, des architectes d’intérieur. Les échanges s’étendent sur plusieurs domaines. Cela nourrit mon côté créatif, je continue à m’ouvrir à de nouvelles choses. C’est complémentaire aux rencontres que je fais dans mon activité de jardin ». Le fait de voyager d’une région à l’autre présente aussi des avantages :  « Cela me permet de profiter de moments agréables, d’aller visiter ma famille et mes amis ».

Marie-Laure RC


17 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page