top of page
  • Photo du rédacteurKatell Magazine

LE CHEF D’ENTREPRISE - Ronan Allot

« Ici, c’est mon jardin »



Ronan Allot a pris les rênes, en 2017, des Ateliers Allot à Loudéac. L’entreprise familiale de conception et de réalisation de meubles et d’agencement sur-mesure, créée en 1812. Un savoir-faire d’excellence, reconnu dans le monde entier, que le dirigeant entend faire redécouvrir en local. Rencontre.

par Marie-Laure RC


« On est tous partis pour se réinventer ». Le constat de Ronan Allot, quarantenaire, est celui d’un chef d’entreprise dont l’activité dépend entre 70 et 80 % du marché international. Si l’Atelier Allot n’a pas été impacté par la crise de la Covid-19, il n’en a pas été de même pour le Brexit, le conflit russo-ukrainien et les autres événements mondiaux actuels. Ils auront eu l’avantage de mettre en lumière la capacité de résilience de l’entreprise : « parce que l’on sait tout faire ». Dans ce contexte international « très secoué », Ronan travaille à réancrer l’entreprise dans le grand Ouest. « On l’avait un peu oublié. Aujourd’hui, on redécouvre notre

environnement, notre singularité et ce que l’on peut apporter au territoire, on recrée du réseau ». L’élu à la chambre de commerce et de l’industrie, engagé dans la RSE (responsabilité sociétale des entreprises), imagine même « faire évoluer l’atelier, d’ici deux à trois ans, en un atelier d’intelligence collective. Nous pouvons apporter des réponses de proximité à certaines entreprises, allier apprentissage et partage, favoriser

la résilience des entreprises ».


Unique en Bretagne, l’Atelier Allot conçoit et réalise des meubles et de l’agencement sur mesure depuis 1812. Ronan incarne la huitième génération « d’artisans du bois, au sens large du terme » et dirige une entreprise de quinze salariés. Sa longévité, l’entreprise la doit « à l’excellence » qu’elle s’impose. « Mon père a toujours travaillé comme un artisan : discuter avec le client, l’architecte, le décorateur ». Les phénomènes de consommation évoluant dans les années 80, l’atelier assure sa pérénité grâce à « une volonté d’aller vers des produits de plus en plus haut de gamme, une ouverture à des marchés d’agencement de très haute gamme et de la sous-traitance pour l’industrie du luxe ». Les salons d’art de vivre à la Fran-

çaise lui ouvrent les marchés en Russie et au Moyen Orient.


« L’export compensait le ralentissement de la clientèle française », explique Ronan. Diplomé d’une école de commerce, il gère le développement à l’international à son arrivée dans l’entreprise, en 2007. Il en reprend les rênes en 2017 avec son épouse. « Ici, c’est mon jardin. J’étais « la relève » toute désignée. J’ai grandi avec cette responsabilité. Très vite, j’ai filé un coup de main à l’atelier, accompagné mes parents dans la vie de l’entreprise. J’ai accueilli mes premiers clients étrangers à l’âge de seize ans et tout le monde était content : les clients, mes parents et moi. Ma place était là ». Fort de 200 ans d’aventure entrepreneuriale et familiale, autant de défis que d’époques, Ronan s’applique à écrire la suite de l’histoire, fier de ce savoir-faire et fier de le faire savoir... en local.


16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Bình luận


bottom of page