top of page
  • Photo du rédacteurKatell Magazine

LE RENDEZ-VOUS / Cristelle Lebreton



« Je suis secouée dans ma tête et dans mon corps »


Après avoir témoigné sur l’impact de son cancer sur sa vie entrepreneuriale et la gestion de son institut de beauté, Cristelle retrace son parcours de soins depuis sa dernière opération. Elle en avait subi une première, en juillet dernier, pour retirer les deux tumeurs installées dans sa poitrine. Cette dernière n’avait pas été suffisante, une mastectomie totale a été réalisée en novembre.


L’opération

« J’avais été avertie que c’était une "grosse opération". J’en ai compris le sens car elle m’a beaucoup secouée. Physiquement et psychologiquement. Et cela a duré longtemps. L’encadrement médical a été extrêmement bienveillant, avec des professionnels très attentifs à mes peurs, mes appréhensions pour me préparer au mieux et me faire les propositions en adéquation avec mes besoins. Je pense, par exemple, à l’infirmier hypnothérapeute ou encore à mon besoin d’être seule au réveil. L’opération a duré au moins cinq heures. On m’a retiré le sein et je souhaitais bénéficier d’une reconstruction immédiate. Pour cela, le chirurgien a "pris" un morceau du grand dorsal ».


Tout est à moi

« Les suites de l’opération sont assez impressionnantes. J’avais des drains partout, j’ai fait de la rétention de lymphe dans le dos...  Mais le côté positif c’est que tout est à moi, il n’y a pas de prothèse et mon mamelon a pu être préservé. Aujourd’hui, il faut drainer et rééduquer. Je sais que c’est un travail de longue haleine. Les séances de kiné sont importantes, ma kiné fait partie du Réseau des kinés du sein, elle est formée à la sénologie, ce qui assure une prise en charge adaptée au traitement. Il faut assouplir et défibroser les tissus, récupérer l’amplitude dans les gestes du bras. C’est un travail d’équipe : en dehors des consultations, je fais des exercices seule. J’y suis assidue car je veux réussir ma rééducation ».


Le corps et la tête

« En plus des mouvements de kiné, le sport fait aussi partie de la rééducation. Je marche beaucoup, je fréquente à nouveau la salle de sport, pour des mouvements que je peux faire, bien sûr ! Cela me permet de faire du renforcement musculaire. J’ai aussi repris la course à pied depuis trois semaines. Le sport, ça aide le corps et la tête ».


Prochaine étape

« Depuis novembre, je suis retournée une fois au bloc pour des injections de graisse pour parfaire la reconstruction, il y en aura une seconde en mars. La suite, c’est une hormonothérapie pendant cinq ans. J’ai une mauvaise expérience de l’hormonothérapie, que j’ai déjà eue pour traiter mon endométriose. Je sais qu’il y a des effets secondaires et je les appréhende... Même si je sais que ce n’est pas le même traitement et qu’il est un impératif vital pour éviter la récidive. Pour le moment, je ne suis pas prête. C’est encore un truc à affronter. Je ne peux pas tout gérer en même temps ».


Retrouver mes clientes

« Mon objectif est de retrouver mes clientes cet été. L’expérience que je vis, d’être touchée d’une façon pas très agréable tout le temps, va me servir. Le toucher est le cœur de mon métier d'esthéticienne, ce parcours est formateur. J’ai hâte de prendre soin à nouveau de mes clientes. De reprendre ma vie et d’en profiter ».


Propos recueillis par Marie-Laure RC (voir aussi K&M 44,45,46)

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page