• Katell Magazine

Sage Sourire

«Je travaille sur les visages car les yeux et le regard sont essentiels pour moi. J’y vois l’expression de l’âme et des émotions»



Marie-Claire Hério a installé son atelier à Ploubazlanec. Elle a rencontré la peinture lors d’une exposition de Jacques Majorelle alors qu’elle était membre de l’Institut du Monde Arabe. «Je suis sortie en me disant que j’allais peindre. Je l’ai fait trois ans plus tard». Pas de formation académique pour l’ancienne comptable mais des travaux avec quelques peintres. «Je suis une griboulleuse amateure, rit-elle. Je peins depuis que j’ai 53 ans. Une peinture instinctive et c’est à force de persévérer que j’arrive à quelque chose».



3 vues0 commentaire